CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Que penser du régime sans gluten ? Mode ou réalité !

Actuellement, un important bruit médiatique veut nous inciter à croire au bienfait du régime sans gluten. Un célèbre tennisman, Novak Djokovic, en fait même la promotion pour une marque de biscuits sans gluten. De plus, on voit apparaître dans le menu des restaurants, sur les étiquettes en boulangerie et sur tous les emballages de produits industrialisés la notification « sans gluten ».

Cette mode du régime sans gluten est-elle justifiée ?

Il existe une maladie de mécanisme allergique nécessitant l'exclusion exhaustive des aliments contenant du gluten : la maladie cœliaque (MC). Cette maladie n'est pas rare et son incidence est estimée à 1/300 en Europe et aux USA. Cette maladie affecte principalement des patients de type caucasien, avec une prédominance féminine, et pour laquelle il existe une prédisposition génétique. Cette maladie est la conséquence d'une réaction allergique à une des protéines de certaines céréales, la gliadine contenue dans le blé, l'orge et le seigle. Elle conduit à la destruction du revêtement de l'intestin grêle. Les symptômes de la MC sont souvent une diarrhée ou une alternance de diarrhée et de constipation associés à des douleurs abdominales, des ballonnements et un amaigrissement.

La conséquence de la maladie cœliaque est d'induire une mauvaise absorption de l'alimentation, d'où l'apparition d'une dénutrition progressive avec des carences en fer, en vitamines, en calcium, pouvant aller jusqu'à engendrer des fractures sans traumatisme.

En l'absence d'un régime strict d'exclusion à vie du gluten, la maladie expose à un sur-risque majeur de survenue de cancer de l'intestin grêle. Le diagnostic de la MC repose sur la présence d'anticorps antitransglutaminase (IgA) dans le sang et par une atrophie de la muqueuse de l'intestin grêle observée sur l'analyse des prélèvements effectués en endoscopie digestive. Ces éléments sont indispensables au diagnostic de la maladie. Cependant, un autre groupe de malades dont le nombre est beaucoup plus important (environ 20 % de la population générale), peut présenter les mêmes symptômes que lors de la MC. Il s'agit des patients souffrant du syndrome de l'intestin irritable (SII). Souvent ces symptômes sont en rapport avec la prise d'un certain groupe d'aliments comme les laitages (37 %), les pois et les haricots (46 %), les choux (57 %) et les oignons (56 %).

Un aliment unique est rarement incriminé et les allergies alimentaires authentiques sont peu fréquentes. Mais certains patients ayant des SII présentent une hypersensibilité à certains aliments. Des éléments récents plaident en faveur d'une « hypersensibilité au gluten » sans MC (absence d'élévation des anticorps spécifiques et de destruction du revêtement de l'intestin grêle).

Une étude anglaise a montré que cette « hypersensibilité au gluten » était plus fréquente dans la population ayant des SII que dans la population générale (20 % versus 3,89 %). La mise en place d'un régime sans gluten a donc amélioré leurs symptômes. Le mécanisme pourrait être en rapport avec la fermentation des protéines du gluten.

Une équipe australienne a émis une autre hypothèse en montrant que certains sucres comme le fructose, les édulcorants de type sorbitol contenus dans de nombreux aliments industriels mais aussi dans l'alimentation naturelle favorisent les symptômes des sujets souffrants du SII par la fermentation de ces sucres dénommés FODMAPs (fermenticible oligo-,di- and monosaccharides and polyols). Ils ont d'autre part découvert la présence en grande quantité de FODMAPs dans les céréales contenants du gluten et ont donc déduit qu'en diminuant les aliments contenant du gluten, on diminue également les aliments contenants des FODMAPs. Les résultats des dernières études semblent d'ailleurs plutôt en faveur d'un effet propre dû à la réduction des FODMAPs. Pour preuve, dans une étude récente, la réalisation au préalable d'un régime pauvre en FODMAPs neutralise les effets d'une réadministration du gluten. En conclusion, au cours du SII, le régime sans gluten strict n'est donc pas recommandé, le régime pauvre en FODMAPs est plus adapté, ce type de régime restant tout aussi contraignant.

Docteur Franck IGLICKI
Docteur Franck IGLICKI
Médecin au CIEM
Types de sucres Sucres visés Sources
Oligosaccharides FOS (fructo-oligosaccharides),
GOS (galacto-oligosaccharides)
Blé, orge, seigle, oignons, poireaux, ail, échalote, artichauts, petits pois, haricots blanc, lentilles, pois chiches
Disaccharides Lactose Lait, crème fraiche, fromages blancs, yaourts, flans, crèmes glacées
Monosaccharides Fructose (lorsqu'il est en excès par rapport au glucose) Pomme, poire, mangue, cerise, pastèque, asperge, sucre de table, pois mange-tout, miel, sirop de glucose-fructose
Polyols Sorbitol, mannitol, maltitol et xylitol Pomme, poire, abricot, cerise, nectarine, pêche, prune, pastèque, champignon, chou-fleur, aliments diététiques édulcorés
Vidéo Lancer la vidéo