CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Les découvertes de l'année 2007

En 2007, 5 257 adhérents ont passé un bilan au CIEM : 4 762 hommes et 505 femmes. Des anomalies ont été DECOUVERTES chez 246 hommes (5 %) et 22 femmes (4,4 %). Les voici. Leur nombre est supérieur à celui des consultants puisque chez certains existaient plusieurs pathologies méconnues (par ex : hypertension artérielle + hypercholestérolémie + PSA élevé = 3 découvertes chez un seul consultant). Ne figurent dans ce catalogue que les découvertes, que se soit à l'occasion d'un premier ou d'un énième bilan (c'est à dire apparues entre le bilan précédent et celui de 2007) et n'apparaissent pas les pathologies déjà connues ou toute anomalie ancienne mais non corrigée, ni l'obésité, le tabagisme ou la sédentarité puisque ces facteurs de risque... étaient connus du consultant.

Découvertes par l'interrogatoire et l'examen clinique

3 cancers du côlon qui furent opérés (découverts soit par un Hémocult® soit par la coloscopie conseillée lors du bilan), 1 cancer de l'estomac, 1 cancer du sein, 1 cancer de la thyroïde, 2 mélanomes malins, 1 artériopathie des membres inférieurs : tous opérés.
Mais aussi : 22 hypertension artérielles, 1 maladie de Parkinson, 4 syndromes d'apnées du sommeil, 1 anomalie de la valve aortique (« insuffisance aortique »), un certain nombre de gros foies (foies « stéatosiques » confirmés par la biologie et/ou l'échographie), 1 tachycardie qui a bénéficié d'une intervention (« ablation par radiofréquence »), 2 « essoufflements » ayant abouti pour l'un au diagnostic de bronchopathie chronique obstructive (tabagique) et d'insuffisance coronaire pour l'autre (suivi de 3 pontages coronaires), 4 lésions cutanées suspectes de mélanome (nous ignorons les suites) et 3 syndromes majeurs dits de « burn out » ou syndrome d'épuisement professionnel. Enfin l'association toucher rectal-PSA a permis la découverte de 34 cancers certains ou probables de la prostate.

Découvertes par mes examens complémentaires

Radiographie thoracique : 1 opacité probablement cancéreuse chez un fumeur, 1 récidive du cancer du poumon, 1 tuberculose, 2 sarcoïdoses, 1 asbestose pleurale (amiante), 1 foyer pulmonaire expliquant une fièvre, 1 nodule suspect (opéré, non cancéreux). Radiographie de l'abdomen sans préparation : outre des calcifications artérielles, cet examen pratiqué lors du 1er bilan a révélé une arthrose évoluée des deux hanches.
Electrocardiogramme de repos : 1 « trouble de la conduction » nécessitant l'implantation d'un stimulateur cardiaque, 2 infarctus du myocarde (environ 20 % des infarctus sont « silencieux » de découverte fortuite pas l'ECG - raison majeure faisant de l'ECG de repos un examen incontournable de tout bilan cardiovasculaire -), 1 aspect nécessitant l'implantation d'un défibrillateur (« syndrome de Brugada ») en raison du risque de mort subite par trouble du rythme ventriculaire, 3 aspects de fibrillation auriculaire (trouble du rythme des oreillettes faisant courir le risque d'embolie artérielle notamment cérébrale : traitement anti-coagulant instauré au CIEM même avant consultation urgente chez le cardiologue) et 3 autres aspects justifiant une surveillance ECG (« bloc de branche », « pré-excitation ventriculaire »).
Test d'effort : 28 furent franchement anormaux.
12 insuffisances coronaires (ayant justifié des pontages coronaires chez 3 consultants, des angioplasties avec pose de « stents » chez 9), 9 arythmies sérieuses ou potentiellement dangereuses. 2 hypertensions artérielles chez des sujets traités (arrêt du test pour montée de la pression artérielle à 25-26) nécessitant de modifier le traitement qui était efficace au repos mais pas à l'effort (donc indécelable sans test d'effort) et 5 tests « expédiés » chez le cardiologue et dont nous n'avons pas eu de nouvelles (ni spontanées ni après courrier de notre part).

Trois tests ont été jugés « positifs » donc anormaux mais étaient des « faux positifs » : aspect trompeur du tracé ECG, les examens complémentaires étant venus innocenter les coronaires.

Echographie cervicale : de nombreuses augmentations de « l'épaisseur intima-média » traduisant un début d'athéro-sclérose et 15 volumineux ou multiples nodules thyroïdiens justifiant des explorations - 7 furent confirmés cancéreux par l'histologie -.
Echographie abdominale : 2 anévrismes aortiques, 1 dissection aortique (ancienne consécutive à un traumatisme mais méconnue), 1 cancer de l'ovaire, 1 tumeur de la surrénale, 1 tumeur rénale probablement cancéreuse, 1 fibrome utérin, 1 lithiase de la vésicule biliaire, 1 diverticulose biliaire expliquant les symptômes dont se plaignait le patient, 1 vésicule biliaire scléro-atrophique (avec mise en garde par l'interniste et qui fut compliquée dans l'année d'une pancréatite aigue) et de nombreuses stigmates d'athéro-sclérose de l'aorte abdominale.
Tonométrie : 7 glaucomes
Audiométrie : outre de discrètes hypo-acousies liées à l'âge ou l'environnement professionnel : 4 pertes majeures de l'audition ignorées (ou niées ?) dont 1 à appareiller.

Découvertes par le laboratoire

Soixante et une hypercholestérolémies, 13 hypertriglycéridémies, 19 diabètes, 4 hémochromatoses certaines et 2 probables, 7 hyperthyroïdies, 3 hypothyroïdies, 2 hépatites C, 1 leucémie, 6 anomalies franches du fer, (2 manques, 4 excès), 9 insuffisances hépatiques, 3 anémies, 1 déficit en globules blancs, 1 anomalie de la coagulation (nécessitant un traitement anticoagulant), 2 saignements urinaires importants (l'un ayant fait découvrir une tumeur de la vessie) et 50 PSA élevés dont 34 par cancers certains ou probables de la prostate (dont 1 avec déjà des métastases) et 16 non liés à un cancer.

Quelques remarques

L'adhérent de l'année est une adhérente. A elle la médaille d'or : 1er bilan, 41 ans, 3 enfants, importantes responsabilités professionnelles, 3 séances de cardio-training par semaine, 1 heure de boxe, 1,74 m-63,9 kg. N'a jamais fumé. Clinique, examens complémentaires, biologie : sans faute. Madame SR vous-êtes vous reconnue ?
La tristesse de l'année va à une adhérente à qui fut conseillée une fibroscopie gastrique laquelle a révélé un cancer malheureusement foudroyant. Le carton rouge va à cet homme de 121 kg pour 1,80 m tabagique, hypercholestérolémique, diabétique, hypertendu, sédentaire, vu pour la 2ème fois et n'ayant corrigé aucun facteur de risque depuis son 1er bilan. 3 mois après : infarctus du myocarde.
Les cartons jaunes vont aux nombreux adhérents, tel le précédent, ne faisant aucun effort d'un bilan à l'autre, à ceux qui n'ont pas arrêté de fumer, à ceux qui ne font pas la coloscopie conseillée et aux femmes sans suivi gynécologique.
Les félicitations à ceux qui se prennent en main d'un bilan à l'autre, tel ce Monsieur de 80 kg pour 1,67 m à son 1er bilan, totalement sédentaire, cholestérol 3,07 g dont LDL cholestérol 2,55, glycémie 1,12 g. 2ème bilan en 2007 : 68,5 kg, 3 séances de sport par semaine, LDL cholestérol 1,76, glycémie 0,94 (« grâce au CIEM » nous dit Monsieur JL R ).

Conclusion

Qui oserait encore dire en 2008 que la médecine préventive n'a pas sa place de médecine à part entière aux côtés de la médecine de soins et de la recherche ? Qui oserait encore dire qu'elle n'est pas « rentable » tant du point de vue médical que financier ?
Travail de l'équipe médicale du CIEM : médecins internistes et cardiologues, radiologues et manipulateurs, biologistes et techniciens, infirmières et secrétaires.

Professeur Jean-Pierre COUSTEAU
Professeur Jean-Pierre COUSTEAU
Vidéo Lancer la vidéo