CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Faut-il équiper son entreprise d'un défibrillateur ?

La mort subite et la fibrillation ventriculaire

40 à 60 000 adultes sont victimes chaque année en France d'arrêt cardio-respiratoire brutal, autrement dit de mort subite. Ce qui fait une centaine par jour...
Dans 1 cas sur 2 environ, l'origine en est la fibrillation ventriculaire, c'est-à-dire une totale désynchronisation des cellules musculaires du cœur responsable de l'arrêt circulatoire ; celui-ci n'est alors réversible que par la délivrance d'un choc électrique.

Les défibrillateurs automatisés externes (DAE)

On distingue les défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) et semi-automatiques (DSA). Le décret n° 2007-705 du 4 mai 2007 autorise toute personne, donc non médecin, à utiliser les défibrillateurs automatisés externes (DEA et DSA), afin de porter secours à la victime d'un arrêt cardiaque.
On appuie sur « on », et, grâce à un système vocal, ce robot intelligent et de petite taille vous parle, il vous invite à sortir les 2 électrodes pré-gélifiées, autocollantes, puis à les coller sur la poitrine nue de la victime.
Il analyse alors le rythme cardiaque, détecte la fibrillation ventriculaire avec une spécificité proche de 100 %, mesure l'intensité du courant électrique à délivrer (impédance du thorax), et surtout, indique à l'utilisateur la marche à suivre : s'écarter de la victime et appuyer sur le bouton pour délivrer le choc ou bien reprendre la réanimation cardio-respiratoire et surtout le massage cardiaque s'il n'y a pas d'indication à choquer.

La chaîne de survie

Si la loi autorise chacun de nous à utiliser le défibrillateur semi-automatique, le succès dépend beaucoup de la formation des secouristes et du respect des étapes de la chaîne de survie :
1- APPELER : la victime s'écroule, l'un de nous appelle les secours, le SAMU par le 15, les pompiers par le 18, suivant un protocole validé par le médecin du travail.
2- MASSER : pendant que l'un appelle les secours et s'enquiert d'un défibrillateur, un autre vérifie l'absence de conscience et de respiration, libère les voies aériennes et commence le massage cardiaque externe.
3- DEFIBRILLER : l'important est de gagner de précieuses minutes, le taux de réussite du choc passant de plus de 70 % dans les premières secondes à moins de 20 % après ¼ d'heure.
4- Arrivée des secours médicalisés, qui prennent la relève et assurent le transport à l'hôpital.

De plus en plus d'entreprises s'équipent d'un défibrillateur

L'arrêt cardio-respiratoire est un accident grave dont le pronostic est sombre et dépend de la cause de l'arrêt et de la rapidité de l'intervention.

La présence de secouristes équipés d'un défibrillateur améliorera toujours le pronostic, mais on manque de données statistiques précises qui permettraient de prévoir l'amélioration de la survie quand le défibrillateur sera généralisé. Néanmoins le bon sens nous rappelle qu'un massage cardiaque même imparfait est toujours meilleur que pas de massage du tout et deux études statistiques montrent l'évident intérêt d'une défibrillation précoce :

  • - 50 % des fibrillations ventriculaires se dégradent en asystolie (tracé plat) entre la 4ème et la 8ème minute,
  • - 2 % des asystolies survivent...

Les entreprises n'ont aucune obligation légale de s'équiper d'un défibrillateur et la décision doit être prise par la direction avec le conseil du médecin du travail, en essayant d'évaluer le délai d'arrivée des secours professionnels, le nombre d'employés et de public sur place. Une moyenne d'âge élevée, un travail physique et un risque d'électrocution, seront autant d'arguments en faveur du défibrillateur. L'incertitude juridique actuelle peut enfin, par défaut, constituer un argument en faveur de cet équipement.

En conclusion

L'amélioration du pronostic de l'arrêt cardio-respiratoire passe par les synergies suivantes :
1) les services d'aide médicale urgente (SAMU), service public implanté et perfectionné depuis 30 ans sur tout le territoire français, assurent une écoute permanente par des régulateurs qui peuvent juger de la gravité de l'accident, conseiller les secouristes, envoyer des unités mobiles de réanimation professionnelle, hautement spécialisées.
2) des bornes de défibrillation installées dans les lieux publics par les municipalités, dans les gares, les aéroports, les stades et désormais nombre de collectivités privées etc. Leur installation sous-entend la formation massive de la population aux soins de première urgence et à la défibrillation.
3) l'acquisition par les entreprises de taille moyenne ou de grande taille, de défibrillateur semi-automatique utilisable par une petite équipe formée et entraînée (service de sécurité ou personnel de l'accueil), sous la direction du médecin d'entreprise qui coordonnera la formation, l'entretien du matériel et le soutien psychologique des secouristes.

Docteur Antoine HESSEL
Docteur Antoine HESSEL
Cardiologue au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo