CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Mal de dos, mal du siècle ?

Les lombalgies concernent les douleurs de la partie inférieure de la colonne vertébrale juste au dessus du sacrum. Par leur fréquence et leur retentissement sur la qualité de vie, cette affection constitue un problème de santé publique majeur. Les dépenses induites tant par les soins que par les arrêts de travail grèvent le budget de l'assurance maladie.

Elles surviennent le plus souvent à la suite d'un effort et réalisent parfois un blocage très douloureux, immobilisant le patient, autrement appelé lumbago. Ces épisodes peuvent se répéter et être compliqués par une irradiation dans le membre inférieur constituant une sciatique*. L'un des risques est le passage à la chronicité avec un fond douloureux permanent, limitant les activités.

La cause principale de ces manifestations est l'altération du disque intervertébral aux 2 derniers étages de la colonne lombaire (L4-L5 et/ou L5-S1) réalisant au maximum une hernie discale. Il apparaît qu'une partie de la population est plus exposée à cette évolution, même en l'absence de traumatisme ou d'efforts inconsidérés. Il est d'ailleurs remarquable d'observer que souvent plusieurs membres d'une même famille sont touchés. D'autres facteurs sont en cause : existence d'une scoliose, surpoids, métiers pénibles, stress...

Devant des lombalgies, la première étape est diagnostique et l'examen du médecin permet d'établir la cause des douleurs et d'écarter toute arrière-pensée d'affections plus graves (infection du disque, rhumatisme inflammatoire, tumeur,...) mais peu probable. A la phase aigüe sont souvent constatées des contractures musculaires et en cas de sciatique, une diminution de la force musculaire est systématiquement recherchée.

Les radiographies confirment en règle générale le pincement du disque voire une arthrose. Les examens d'imagerie moderne (tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique) sont réservés aux formes sévères de type sciatique.

Le traitement à la phase aigüe consiste en l'association d'antalgiques (paracétamol), d'anti-inflammatoires et de décontracturants musculaires.

Longtemps la constatation de lombalgies aigües entraînait une consigne de repos strict puis l'absence d'activités sportives. Des études scientifiques ont permis de renverser cette croyance mettant au contraire en avant l'intérêt du maintien d'un exercice physique régulier.

Outre la réduction du risque cardio vasculaire et de cancer, une activité physique appropriée semble améliorer le fonctionnement musculaire. Des séances de rééducation permettront, outre les massages décontracturants, l'acquisition de bonnes pratiques musculaires et posturales. La participation à des sessions « école du dos » et à des programmes d'éducation thérapeutiques sera utile.

Il a été démontré qu'une information claire sur l'intérêt de rester actif et d'apprendre à faire avec sa douleur lombaire même à la phase aigüe permettait de diminuer le risque de passage à la chronicité.

Ainsi le mal de dos qui aura été le mal du siècle dernier pourrait être si ce n'est vaincu, en tout cas amélioré par la pratique d'un exercice physique approprié à chacun.

*Une complication sévère : la lombosciatique
Lorsque la hernie discale comprime la racine du nerf sciatique, aux douleurs lombaires s'associe une irradiation dans le membre inférieur de topographie externe ou postérieure, très douloureuse, limitant les mouvements, s'accompagnant parfois par une diminution de la force musculaire, réalisant au maximum une sciatique paralysante.
L'atteinte de la racine sus-jacente comprime cette fois la racine du nerf crural réalisant une lombocruralgie et un tableau assez proche d'une sciatique avec un trajet douloureux situé à la face antérieure du membre inférieur. Le traitement repose sur l'association du repos au lit et d'une prescription d'anti-inflammatoires, parfois la réalisation d'infiltrations de dérivés cortisoniques. Le recours à un geste chirurgical (discectomie qui correspond à l'ablation de la hernie discale) doit rester l'exception.

Docteur Frédéric JACQ
Docteur Frédéric JACQ
Vidéo Lancer la vidéo