CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

L'hypertension artérielle en 10 questions

La mesure de la tension artérielle en consultation est un geste banal, parfois lourd de conséquences, lorsqu'une hypertension est détectée.

1 - Quand parle-t-on d'hypertension artérielle ?

On parle d'hypertension artérielle (HTA) lorsque les valeurs de pression artérielle dépassent 140/90 mm de mercure (Hg). Afin de s'assurer que l'hypertension artérielle est bien permanente, on demande une confirmation par une mesure à domicile (automesure) ou par une mesure ambulatoire sur 24 heures. À domicile, la pression artérielle est le plus souvent inférieure à celle mesurée au cabinet médical. L'hypertension est alors définie par des mesures > 135/85 mm Hg. Si l'hypertension est confirmée par plusieurs mesures, un traitement médicamenteux peut être mis en route. Avant le démarrage des médicaments, et si le niveau tensionnel le permet, on propose une période de mesures non médicamenteuses : arrêt du tabac, perte de poids et reprise d'une activité physique.

2 - Quels sont les symptômes de l'hypertension artérielle ?

L'hypertension artérielle est le plus souvent détectée lors d'une mesure systématique en consultation. Dans la majorité des cas, l'hypertension artérielle n'est responsable d'aucun symptôme. Dans les formes sévères, des troubles tels que des « mouches volantes », des sifflements d'oreille et des maux de tête peuvent survenir.

3 - Qu'est-ce que l'hypertension blouse blanche ?

L'HTA blouse blanche concerne des sujets dont la pression artérielle est élevée au cabinet (> 140/90 mm Hg) et normale sur les mesures réalisées en dehors de l'environnement médical.

4 - Pourquoi faut-il traiter l'hypertension artérielle ?

L'HTA est un facteur de risque cardio-vasculaire. Elle peut retentir sur la paroi des artères et être responsable d'accidents cardio-vasculaires. La principale menace de l'HTA est la survenue d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Le risque d'AVC est directement lié au niveau tensionnel. Pour cette raison, on ne laisse pas évoluer une hypertension sévère et le traitement par les médicaments est débuté rapidement afin de protéger le cerveau. Les autres complications liées à l'hypertension artérielle sont l'infarctus du myocarde, l'angine de poitrine, l'insuffisance cardiaque, l'insuffisance rénale et l'artérite des membres inférieurs. Le risque de ces différentes complications peut être majoré par la combinaison d'autres facteurs de risque tels que l'élévation du cholestérol sanguin, le diabète, l'exposition au tabac et la sédentarité. L'amplification des facteurs de risque sur la survenue d'accidents cardio-vasculaires justifie une prise en charge globale de ces différents paramètres. À partir de l'âge de 50 ans, des tables permettent de calculer la probabilité de survenue d'un accident cardio-vasculaire.

5 - Quelles sont les causes de l'hypertension artérielle ?

Dans la grande majorité des cas, il n'y a pas de cause spécifique à l'hypertension artérielle. Celle-ci est dite « essentielle » ou « familiale ». Lors de la découverte d'une hypertension, on pourra donc retrouver une histoire d'hypertension chez l'un des parents et/ou chez l'un des frères et sœurs.
Dans environ 10 % des cas, on peut retrouver une cause de l'hypertension au niveau des reins, des artères rénales ou des glandes surrénales.

6 - L'HTA est-elle liée au stress ?

Le stress et de nombreux facteurs environnementaux participent à élever la pression artérielle, mais le stress n'est pas responsable d'HTA permanente, une idée fréquemment reçue dans l'esprit du public. Nous aurons l'occasion d'aborder ce problème dans la prochaine Lettre du CIEM.

7 - Quels sont les objectifs du traitement ?

L'objectif du traitement est double. Il s'agit d'abaisser la pression artérielle vers un niveau satisfaisant, si possible inférieur à 135/85 mm Hg. Ceci est obtenu facilement avec l'emploi d'un ou deux médicaments. Tenant compte de la nécessité d'un traitement au long cours, le deuxième objectif du traitement est d'obtenir une bonne tolérance des médicaments ainsi qu'une bonne qualité de vie. En cas d'intolérance à un médicament, il est nécessaire de le remplacer et de tâtonner avec les autres familles de médicaments jusqu'à la réussite.

8 - Peut-on interrompre le traitement de l'hypertension artérielle ?

Le traitement médicamenteux de l'hypertension artérielle peut parfois être allégé. Il peut rarement être interrompu dès lors que l'on a confirmé initialement le caractère permanent de l'hypertension artérielle.

9 - Qui gère le traitement pour l'hypertension ?

Le médecin traitant gère le suivi du traitement. L'hypertendu sous traitement a le rôle principal ; il mesure sa pression artérielle à domicile à intervalles réguliers et communique les valeurs à son médecin, qui peut alors adapter le traitement.

10 - Comment faire pour en savoir plus ?

Consulter le site du Comité Français de Lutte contre l'Hypertension Artérielle et celui de la Haute Autorité de Santé (HAS) : Recommandations pour la Prise en charge des patients adultes atteints d'hypertension artérielle essentielle.

Dr Jacques JULIEN
Cardiologue au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo