CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Êtes-vous correctement vacciné ?

2ème partie : Les vaccins recommandés

Dans La LETTRE du CIEM N°34 de novembre 2011, nous avons fait le point sur les vaccinations obligatoires en France : diphtérie, tétanos, poliomyélite (et fièvre jaune pour la Guyane). Nous allons ici aborder les vaccins non obligatoires mais recommandés.

Dans la petite enfance, outre le classique DTPolio (obligatoire), de nombreuses vaccinations sont recommandées par les autorités sanitaires qu'il s'agisse de vaccination contre la coqueluche, le méningocoque C, la rougeole, la rubéole, les oreillons. Grâce aux pédiatres, aux médecins généralistes, aux médecins de protection maternelle et infantile, aux médecins scolaires..., la couverture vaccinale est tout à fait satisfaisante chez l'enfant. La situation se dégrade à partir de l'adolescence, période à partir de laquelle le suivi médical devient plus aléatoire. Les rappels sont souvent oubliés ce qui fait que des pathologies qu'on espérait voir disparaître du fait de la vaccination infantile sont réapparues chez les jeunes adultes (rougeole, coqueluche) car l'immunisation avait disparu par manque de vaccination de rappel.

Les recommandations vaccinales chez l'adulte varient en fonction des situations, nous allons en aborder quelques unes.

Tout d'abord il est recommandé de mettre à jour les vaccins pour lesquels la vaccination est obligatoire dans l'enfance diphtérie, tétanos, poliomyélite (et fièvre jaune pour la Guyane) : un rappel tous les 10 ans.

Vaccins recommandés chez la femme :

La femme en âge de procréer doit être vaccinée contre la rubéole. Cette affection contractée au cours de la grossesse peut être responsable de malformations du fœtus.
Depuis quelques années, une vaccination contre le papillomavirus HPV est recommandée chez les jeunes filles. Ce virus transmis par voie sexuelle a été reconnu être un des responsables du cancer du col utérin.

Recommandations particulières pour les adultes jeunes :

La coqueluche due à une bactérie (Bordetella Pertussis) peut être mortelle chez le nourrisson. Elle fait donc l'objet d'une vaccination chez les bébés, ce qui permet d'éviter les cas graves. On voit actuellement des cas de coqueluche chez les adultes qui n'ont pas été vaccinés dans l'enfance ou qui n'ont pas effectué les injections de rappel. C'est pour cette raison qu'il est conseillé dans ces situations de réaliser lors d'un rappel de DTPolio une injection de DTCoqPolio qui contient des antigènes coquelucheux permettant une immunisation contre la coqueluche.
La rougeole, le plus souvent bénigne, peut se compliquer d'encéphalite ou de pneumopathie. Les enfants sont donc maintenant vaccinés. Mais on a vu récemment des épidémies de rougeole chez l'adulte jeune alors que les cas étaient autrefois exceptionnels. Ces rougeoles de l'adulte s'accompagnaient fréquemment de pneumopathie. Ces adultes n'avaient pas reçu le rappel : 2 doses sont en effet nécessaires pour avoir une protection satisfaisante.

Vaccins recommandés plus particulièrement chez les voyageurs :

La vaccination contre la fièvre jaune qui est obligatoire en Guyane est recommandée ou obligatoire pour les voyageurs se rendant dans certains pays à risque essentiellement dans la zone intertropicale d'Amérique du Sud et d'Afrique.

La vaccination contre l'encéphalite japonaise est recommandée chez les expatriés et les personnes devant séjourner plus de 30 jours notamment en période de mousson dans les zones rurales en Chine, en Corée, au Japon, dans les zones sub-tropicales de l'Asie et certaines régions d'Océanie.
Le virus de l'hépatite B se transmet par voie sexuelle ou sanguine. Il peut être responsable d'hépatites aiguës pouvant régresser sans séquelles mais aussi évoluer vers la chronicité avec le risque de cirrhose et de cancer du foie à long terme. La vaccination est très efficace, elle est obligatoire pour le personnel de santé. Pour les personnes vaccinées avant l'âge de 25 ans et non exposées professionnellement, il n'est pas nécessaire de faire de rappel.
Les indications de cette vaccination chez l'adulte varient en fonction des risques individuels de chaque sujet et en cas de voyages dans des pays où les conditions sanitaires sont mauvaises.

Le virus de l'hépatite A se transmet par voie orale (eau souillée, alimentation), le vaccin est recommandé avant les séjours dans les pays à hygiène précaire. Il est également indiqué chez les sujets ayant une pathologie hépatique, dans certains métiers et dans certaines collectivités. La vaccination contre la fièvre typhoïde est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions, dans des pays où l'hygiène est précaire tout en sachant que ce vaccin n'assure une protection que de 50 à 80 %.

Vaccinations recommandés chez les personnes fragiles :

La grippe est due au virus du même nom dont il existe de nombreuses variantes. Ce virus mute régulièrement : ses caractéristiques se modifient. Aussi les vaccins sont-ils adaptés chaque année en fonction du virus qui apparaît en hiver dans l'hémisphère sud et qui va toucher l'hémisphère nord six mois plus tard. La grippe entraîne des manifestations respiratoires et générales parfois dramatiques chez les sujets fragiles. La vaccination est recommandée chez les sujets de plus de soixante-cinq ans, chez les cardiaques, les insuffisants respiratoires et chez d'autres patients porteurs de différentes pathologies chroniques. Le vaccin doit être renouvelé tous les ans. Le pneumocoque est responsable de pneumonies souvent brutales parfois très sévères chez l'adulte. La vaccination est indiquée notamment en cas de pathologie respiratoire chronique et chez les sujets ayant subi une splénectomie (ablation de la rate). Cette vaccination doit être entretenue par un rappel tous les cinq ans.

Enfin d'autres vaccins sont recommandés dans des situations très particulières comme certains métiers (par exemple vaccin contre la leptospirose pour les égoutiers) ou en situation d'épidémie (par exemple méningite à méningocoque).

Les vaccins sont nombreux, leurs indications varient en fonction des antécédents vaccinaux, du passé médical et de multiples critères dont le lieu de déplacement, de résidence. Aussi, seule une consultation médicale avec son médecin traitant ou lors d'un bilan au CIEM, avec le support du carnet de vaccination, permet de faire le point au mieux.

Michel LAFAY
Michel LAFAY
Médecin au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo