CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

La stéatose hépatique

La stéatose hépatique se définit par l'accumulation de graisses dans le foie.

La stéatose est la plus fréquente des maladies chroniques du foie dans les pays occidentalisés. Il existe de nombreuses causes, il s'agit principalement de la surcharge pondérale, du diabète, de l'alcool, certains médicaments…, la principale cause dans les pays occidentalisés restant la surcharge pondérale.

Les modalités de révélation de la stéatose hépatique sont la découverte d'une augmentation, le plus souvent modérée, des transaminases (avec une prédominance de l'élévation de la transaminase ALAT), des gammaGT et/ou de la mise en évidence lors d'une échographie d'un foie « brillant » témoignant de la surcharge en graisse. Il faut cependant préciser que les transaminases et les gammaGT peuvent être strictement normales. Il existe fréquemment une élévation du taux de ferritine mais contrairement à l'hémochromatose (maladie génétique responsable d'une accumulation de fer notamment dans le foie) le coefficient de la saturation d'un des éléments transportant le fer est normal. En général le patient ne se plaint d'aucun symptôme particulier.

Devant une augmentation des transaminases la première démarche est d'éliminer les autres causes comme par exemple les hépatites virales, certaines prises médicamenteuses, les surcharges en fer, la consommation excessive d'alcool… L'échographie, outre l'aspect brillant du foie, permet d'éliminer d'autres causes d'augmentation des transaminases (calcul vésiculaire compliqué, nodule hépatique, pathologie pancréatique…).

La majorité des patients atteints de stéatose ont une surcharge pondérale (Indice de Masse Corporelle > 25), plus d'un tiers ont un syndrome métabolique, et trois quart ont au moins un des critères du syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique associe une obésité dite centrale (tour de taille supérieur à 94 cm chez l'homme, 80 cm chez la femme) à au moins 2 des critères suivants : augmentation des triglycérides, taux bas de HDL cholestérol, hypertension artérielle, augmentation de la glycémie.

La stéatose pure est une affection le plus souvent bénigne, notamment en l'absence de fibrose ou d'inflammation. Une faible proportion (environ 10 %) paraît susceptible d'évoluer vers la stéato-hépatite dans un délai mal connu.

Cette stéato-hépatite risque d'évoluer vers la constitution d'une fibrose puis d'une cirrhose. Le risque du passage de l'état de stéatose à la stéato-hépatite est principalement corrélé à la présence d'un diabète et à l'intensité du syndrome métabolique. Le sur risque de ces patients est finalement plus d'ordre cardiovasculaire qu'hépatique.

Un autre aspect de la stéatose hépatique qu'il convient de souligner est de considérer la stéatose comme étant un facteur prédictif d'aggravation et/ou de mauvaise réponse au traitement de certaines maladies hépatiques. Ainsi la présence d'une stéatose au cours d'un traitement d'une hépatite C est responsable d'une réponse minorée au traitement. De même l'amélioration de la stéatose par un régime adapté permet d'améliorer les tests hépatiques au cours de certaines maladies.

La surveillance d'un patient suivi pour stéatose hépatique comporte 3 objectifs :

  • Juger de l'aggravation de la maladie du foie
  • Dépister la cirrhose pour prévenir et traiter ses complications
  • Dépister et traiter les autres complications du syndrome métabolique
Le but du traitement est d'obtenir une perte de poids et tout particulièrement une réduction de l'obésité abdominale en combinant des mesures diététiques et une augmentation de l'activité physique. Cette perte de poids permet d'améliorer la stéatose, de prévenir la survenue d'un diabète et de prévenir également la survenue de complications cardiovasculaires. Plusieurs traitements dont principalement des traitements antidiabétiques ont été testés dans cette indication, leur utilité en tenant compte de leur effet secondaire n'est pas établie.
Dr Guy SCEMAMA
Dr Guy SCEMAMA
Médecin au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo