CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Tout ce que vous avez voulu savoir sur l'IRRADIATION sans oser le demander

2ème partie : Radioactivité naturelle et Irradiation Médicale : quel risque ?

1 - La radioactivité naturelle est une réalité :

De nombreux rayonnements naturels atteignent chaque jour notre organisme. La plupart des éléments sont stables mais il arrive que certains atomes soient radioactifs.
En effet, tous les éléments de la terre et de l'univers, mais également de notre organisme, sont constitués d'éléments radioactifs.
Nous vivons en permanence, dans un environnement naturellement radioactif et notre organisme est également lui aussi très faiblement radioactif. Le sievert correspond à l'unité de mesure biologique de la dose de radiation reçue par les tissus humains. Cette donnée s'exprime en millième de sievert. L'exposition à la radioactivité naturelle varie en France entre 1,5 à 6,0 mSv, soit une moyenne de 2,4 mSv par an et par habitant.

Irradiation interne / Irradiation externe
Irradiation externe
La source radioactive reste à l'extérieur et irradie l'ensemble du corps pendant un temps déterminé.
Irradiation interne
Les particules radioactives pénètrent à l'intérieur de l'organisme et peuvent s'y fixer définitivement.

La radioactivité naturelle varie en fonction du nombre de voyages en avion, de l'habitation, de la nature du sol (les zones granitiques étant les plus radioactives) et de l'altitude (la radioactivité étant plus importante selon l'altitude). Le potassium 40 est présent dans le potassium naturel contenu dans le corps. Le radon est un gaz qui se dégage du sol et s'accumule dans les quelques mètres au-dessus du sol. Il contient 3 grammes d'uranium 238 par tonne de terre. L'exposition naturelle interne due au radon 222 est en moyenne de 1,4 mSv/an (de 0,3 à 5 mSv/an).

Le rayonnement tellurique constitue la principale source d'exposition externe. Il résulte de la radioactivité naturelle des matériaux qui nous entourent comme le Potassium 40, l'Uranium 238, le Radium 226 et le Thorium 232. Les matériaux concernés sont les sols granitiques, le béton, les briques, la terre, le charbon et les engrais phosphatés.
L'exposition tellurique moyenne varie en France entre 0,5 et 1,5 mSv/an.

Le rayonnement cosmique augmente en fonction de l'altitude. Un vol Paris-New York expose par exemple à 0,032 mSv.

A titre de comparaison, le tableau suivant donne l'équivalence estimée d'irradiation naturelle pour le cliché thoracique pratiqué annuellement au CIEM (radiographie numérisée) :

Examen
radiologique
Dose moyenne
générée (mSv)
Equivalence
en irradiation
naturelle (France)
Thorax 0,02 3 jours

2 - Irradiation médicale :

La dose d'irradiation reçue lors d'examens radiologiques est en moyenne de 1,3 mSv. La dose d'irradiation varie en fonction du nombre d'examens médicaux (radio, scanner, scintigraphie, tomographie...), de l'âge, de l'état de santé. Le pays dans lequel vit la personne est également un facteur intervenant (celle vivant dans des pays médicalement sous développés sont moins exposées aux radiations émises par les examens médicaux).
En matière d'irradiation des sujets exposés aux Rayons X, de manière générale, aucun risque n'a pu être démontré chez les patients compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée (obligation légale par transposition en droit français de la directive européenne Euratom 97/43, posant les principes de justification de l'examen, d'optimisation et de limitation de dose).

Quelques valeurs de doses :

  • Séjour de 1 mois à 2 000 m (cosmiques) : 0.05 mSv
  • 5h de vol en avion (cosmiques) : 0.007 mSv
  • 1 Radiographie des poumons (rayons X) : 0.08 mSv

L'unité d'irradiation étant exprimée en milli Sievert (mSv), il n'y a aucune preuve d'effet sur la santé humaine au-dessous de 100 mSv. Une radiographie pulmonaire correspond au plus à 0,10 mSv. Un scanner délivre entre 2 et 10 mSv selon la localisation et son mode de réalisation. Par comparaison, l'irradiation naturelle notamment d'origine tellurique ou cosmique, voire aérique (radon), correspond à 0,4 mSv en moyenne par an. Cette valeur concerne le niveau de la mer, et vivre en montagne (réduction de la protection atmosphérique) ajoute une irradiation de l'ordre de 0,5 mSv/an par 1 000 m d'altitude (environ 2 mSv/an à La Paz en Bolivie à 4 000 m). Lors des transports aériens, l'exposition supplémentaire est de 5 mSv par heure d'avion, voire 10 mSv/h en vol supersonique. Dans le centre de la France ou en Belgique (sol sédimentaire), l'irradiation annuelle naturelle est de l'ordre de 2,4 mSv, pour environ 3,5 mSv en Bretagne (sol granitique). Dans certaines régions du monde, la dose moyenne annuelle d'irradiation naturelle cumulée peut atteindre 100 mSv/an (Iran).

Quels risques pour quelles doses ?

Les effets sur l'organisme dépendent bien sûr de la dose reçue mais la durée pendant laquelle cette dose a été reçue est un facteur très important. Une dose de 10 000 mSv (10 Sv) en une fois (temps court inférieur à quelques heures) entraîne des dommages immédiats, très sévères entraînant la mort en quelques semaines. Mille mSv (1 SV) en une fois, peut entraîner (temporairement) des nausées, une baisse des globules blancs mais pas la mort. Tout redevient normal en peu de temps. Cinquante mSv/an est la plus petite dose (de façon conservative) à partir de laquelle on ne peut prouver l'apparition de cancers (cette dose est aussi la radioactivité naturelle de plusieurs lieux sur Terre). Au-delà de cette valeur, le nombre de cancers (mais pas leur gravité) augmente avec la dose. Vingt mSv/an moyenné sur 5 ans : c'est la limite légale que peuvent recevoir les travailleurs du nucléaire. Deux mSv/an : radioactivité naturelle moyenne (peut être beaucoup plus élevé). Un mSv/an : c'est la limite légale que peut recevoir le public (au-dessus de la radioactivité naturelle).

Dr Robert PALAU
Dr Robert PALAU
Radiologue au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo