CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Que faire devant une hyperuricémie ?

L'hyperuricémie (ou excès d'acide urique) est une définition biologique qui peut avoir des conséquences cliniques qui ne sont pas systématiques dès lors qu'il existe une hyperuricémie.
On peut doser l'acide urique circulant lors de la prise de sang. Celui-ci est le produit de transformation des bases purines contenues dans l'alimentation ou les boissons qui, sous l'effet de l'action d'enzymes, se modifient.
Cet excès d'acide urique est défi ni pour un dosage supérieur à 420 micromol/L ou 70 mg/L.

Conséquences de l'excès d'acide urique :
Il s'agit d'une maladie de surcharge, c'est-à-dire que l'excès d'acide urique peut, sur la durée, entraîner une précipitation de l'acide urique vers des cristaux d'urate. Les conséquences cliniques sont de 2 types :

  • Manifestations articulaires : la crise de goutte (qui touche le plus souvent le gros orteil ou l'avant du pied) avec un tableau très bruyant : douleur, rougeur, gonflement.
  • Manifestations rénales : formation de calculs d'urate dans les voies urinaires qui se manifestent par une colique néphrétique.

Cependant, dans la majorité des cas, cette hyperuricémie est asymptomatique (c'est-à-dire sans manifestations cliniques).

Que faire devant une hyperuricémie ?

Il faut retenir les principes suivants :

  • Une hyperuricémie n'ayant pas donné de complication ne doit pas être traitée par des médicaments ; sa prise en charge repose sur le régime.
  • Le régime hypo-uricémiant repose sur :
    • Aliments à éviter : gibiers / abats, poissons gras (sardines, anchois, harengs), crustacés,
    • Boissons à éviter : alcools blancs (alcools forts, vins blancs / champagnes, bière) et boissons sucrées (type soda, limonades...).
  • Dès lors que des symptômes surviennent, le régime doit être associé au traitement médical :
    • À partir de la 3e crise douloureuse articulaire,
    • Dès la première manifestation rénale.
  • L'objectif du traitement médicamenteux est d'obtenir un taux d'acide urique inférieur à 360 micromol/L. Le dosage des médicaments sera adapté à cet objectif.
DOCTEUR Nicolas LAXENAIRE
DOCTEUR Nicolas LAXENAIRE
Médecin interniste au CIEM
Vidéo Lancer la vidéo