CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

La cigarette électronique ou e-cigarette : les faits

Alors que tout le monde s'accorde sur les méfaits du tabac, l'e-cigarette apparaissait comme la solution idéale pour certains fumeurs. Depuis quelques semaines la polémique s'est installée. Tentons de faire le point.

1 - Pourquoi la e-cigarette intéresse les médecins ?

  • Le tabagisme est une addiction : il entraîne une dépendance physique, psychique et comportementale.
  • Les méthodes validées dans le sevrage tabagique (substituts nicotiniques essentiellement) ont une efficacité relative (environ 20 % de sevrage à 1 an).
  • La e-cigarette est la première méthode de sevrage qui agit concrètement sur la dépendance comportementale et psychologique (mais également physique si elle contient de la nicotine). Les patchs et les gommes agissent exclusivement sur la dépendance physique en saturant les récepteurs nicotiniques cérébraux pour prévenir le syndrome de manque.

2 - Pourquoi les médecins ne prescrivent-ils pas de e-cigarette ?

  • L'AFSSAPS (l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a décrété que les e-cigarettes devaient répondre à la réglementation du médicament si elles revendiquaient le statut d'aide au sevrage tabagique ou si la quantité de nicotine contenue dans la cartouche était supérieure à 20 ng/ml.
  • Pour contourner cette réglementation (et éviter la réalisation d'études évaluant les bénéfices et les risques de la e-cigarette qui auraient retardé sa commercialisation), les fabricants de e-cigarette ne revendiquent pas l'aide au sevrage tabagique
    et les e-liquides contiennent pour certains de la nicotine mais à un taux inférieur à 20 ng/ml.
  • Même si majoritairement les e-cigarettes sont utilisées comme aide à la diminution ou à l'arrêt du tabac, elles sont vendues au titre de produit de consommation courante avec interdiction de vente en pharmacie.

3 - La e-cigarette est-elle dangereuse pour la santé ?

  • Il est actuellement difficile d'évaluer la dangerosité des e-cigarettes du fait de leur grande disparité et du manque de contrôle qualité.
  • Les études disponibles portent sur l'analyse des différents composants du e-liquide (propylène-glycol, arômes alimentaires) et non pas sur les effets potentiels de ses composants sur la santé.
  • Le propylène glycol, la glycérine végétale et les arômes artificiels ne sont pas toxiques mais les effets sur l'organisme d'une inhalation quotidienne et prolongée ne sont pas évalués chez l'homme.
  • La nicotine, quant à elle, testée depuis longtemps, n'est pas néfaste pour la santé mais responsable d'une dépendance quand elle est utilisée sous forme orale. Toutefois, une exposition cutanée ou orale accidentelle de e-liquide est susceptible d’entraîner des effets indésirables graves (l'ingestion de 40 mg de nicotine peut être létale).
  • La e-cigarette ne contenant ni goudrons, ni benzène, ni métaux lourds, et n'entraînant pas de production de CO est vraisemblablement moins toxique que le tabac.
  • Enfin, la e-cigarette n'entraîne pas de tabagisme passif: en France, l'interdiction de la e-cigarette ne concerne que les avions, les trains et les métro parisiens.

4 - La e-cigarette est-elle efficace dans le sevrage tabagique ?

  • Une enquête néozélandaise récente, menée sur 13 semaines, a démontré que la e-cigarette était aussi efficace dans le sevrage tabagique que les patchs nicotiniques et qu'elle leur était supérieure pour la réduction du tabagisme.
  • Il n'y a pas actuellement d'étude sur le sevrage à 1 an comparant e-cigarettes et patchs.

5 - Conclusion

  • La e-cigarette n'est à utiliser que dans le but d'un sevrage ou d'une réduction du tabagisme.
  • La e-cigarette est vraisemblablement moins néfaste sur l'organisme que le tabac si l'on choisit un e-liquide qui a été testé : Alphaliquid 19.6 mg/ml, FUU 16 mg/ml (Que choisir septembre 2013).
  • Ne pas laisser la e-cigarette à la portée des enfants (ingestion du e-liquide toxique).
  • La e-cigarette avec nicotine est probablement utile dans le sevrage tabagique chez les fumeurs dépendants.
  • Pas de donnée scientifique sur l'intérêt de la e-cigarette sur le sevrage à long terme, sur la dépendance possible à la nicotine, sur les conséquences d'une exposition répétée aux différents composants
    du e-liquide.
Dr Christiane DUPUY
Dr Christiane DUPUY
Cardiologue
Vidéo Lancer la vidéo