CIEM
 
Fermer la fenêtre
Transférer cette page par email :
 
Destinataire 1 (email)
Destinataire 2 (email)
Destinataire 3 (email)
Destinataire 4 (email )
 
Votre nom
Votre adresse email
 
Bienvenue Nous vous invitons à lire ici des articles clairs, concrets et efficaces, rédigés par les membres de l’équipe médicale du CIEM. Notre volonté est de vous sensibiliser à travers une information fondée sur nos compétences et notre expérience.
Bonne lecture.
L’équipe médicale du CIEM.

Le bilan biologique du CIEM

Les examens biologiques pratiqués à l'occasion de votre bilan au CIEM comportent une analyse de sang et d'urine. Ils permettent en complément des autres éléments du bilan d'évaluer l'état de votre santé, d'apprécier des risques possibles, de juger la nécessité d'examens plus approfondis. Si certaines analyses sont communes à tous, d'autres sont effectuées en fonction de l'age, du sexe ou d'anomalies suspectées par ailleurs. Afin de rendre plus compréhensible les différents éléments du bilan biologique, nous détaillerons dans un premier temps les examens hématologiques et dans un prochain article les examens biochimiques. Les analyses hématologiques associent une numération formule sanguine et un bilan de coagulation.

La numération formule sanguine :

1) La numération des globules rouges (hématies) et le chiffre de l'hémoglobine permet de dépister les anémies c'est-à-dire un taux insuffisant de ces deux paramètres. Si est associée une diminution de la taille des globules rouges (microcytose), estimée par le volume globulaire moyen (VGM), ceci peut orienter vers une carence en fer par saignement chronique, ou vers un état inflammatoire prolongé qui devra bénéficier d'un bilan diagnostic. A l'inverse une augmentation de taille des globules rouges (macrocytose) est évocatrice de carence en vitamines (acide folique, vitamine B12) ou d'une destruction accélérée des globules rouges (hémolyse).

2) Le comptage des globules blancs (leucocytes) permet d'évaluer les défenses de l'organisme. Plusieurs catégories de cellules constituent les globules blancs, leur numération permet d'établir la formule leucocytaire. Les polynucléaires neutrophiles sont en première ligne pour la défense des infections bactériennes. En nombre insuffisant ils ne sont plus capables de jouer ce rôle. Les polynucléaires éosinophiles sont impliqués dans les défenses contre les infections parasitaires ou dans les réactions allergiques, situations pouvant provoquer une augmentation de leur nombre. Les lymphocytes sont les chefs d'orchestre de notre immunité, ils sont responsables de l'éducation et de la formation permanente de notre système immunitaire, de la fabrication des anticorps protégeant contre les infections, après vaccination par exemple. Ils sont aussi responsables de nos défenses anti-virales. En nombre insuffisant ils peuvent être responsables de déficits immunitaires (dont le prototype est le Syndrome d' Immuno Déficience Acquise). En nombre excessif ils peuvent témoigner de maladies hématologiques (leucémies entre autres). Les deux autres catégories de globules blancs, polynucléaires basophiles et monocytes, sont moins informatives.

3) Les plaquettes sont des cellules indispensables à la coagulation. En nombre insuffisant (inférieurs à 30 000/mm³) elles exposent à des risques de saignements justifiant d'une prise en charge urgente. Si leur taux est trop élevé il faut rechercher une carence en fer, un état inflammatoire chronique ou une affection hématologique.

Le bilan de coagulation (ou hémostase) associe le temps de céphaline activé, le taux de fibrinogène et le test de résistance à la protéine C activée (RPCA). La coagulation c'est-à-dire l'ensemble des mécanismes qui permettent de ne pas saigner de manière permanente à la suite d'une coupure est un ensemble de réactions biochimiques dont l'analyse est beaucoup plus complexe que celle de la numération formule sanguine.
L'association des trois tests effectués au CIEM permet d'avoir une vue d'ensemble de ce processus et de dépister nombre d'anomalies : carence en vitamine K, hémophilie, maladie de Willbrandt, présence d'un anticoagulant circulant, défaut de certains facteurs de la coagulation justifiant un bilan en consultation spécialisée. Par exemple la RPCA dépiste une anomalie d'un facteur de coagulation appelé facteur V. Cette anomalie est très fréquente dans la population et prédispose aux thromboses, phlébites et embolies pulmonaires. Ces complications peuvent survenir après une intervention chirurgicale, un alitement ou une immobilisation prolongée. Cette dernière peut tout à fait être mimée par un vol long courrier, d'où la réalisation de ce test de dépistage au CIEM afin de prévenir ce type d'incident. La mesure de l'International Normalized Ratio (INR) est réservée aux patients qui prennent un traitement anticoagulant oral.

Les résultats de ces tests hématologiques sont interprétés par le médecin interniste et le cardiologue qui vous reçoivent et qui les intègrent dans l'ensemble de votre bilan de santé en tenant compte de vos antécédents, de vos traitements, de votre âge, de votre sexe. De cette synthèse peuvent découler des conseils d'incidence vitale.

Docteur Laurent QUINT
Docteur Laurent QUINT
Médecin Interniste du CIEM
Vidéo Lancer la vidéo